Coupe du monde 2022 et droits de lhomme : spectacles et revenus bâtis sur les drames de milliers de personnes

Driss Ould El Kabla
2022 / 11 / 18

La Coupe du Monde de la FIFA 2022 est là et le bilan du Qatar en matière de droits des travailleurs migrants continue d attirer l attention. Ceci en dépit du fait que Qatar a annoncé à plusieurs reprises un vaste processus de réforme et promis de lutter contre l exploitation généralisée des travailleurs et de revoir ses lois et pratiques conformément aux normes internationales du travail, mais les travailleurs restent vulnérables à de graves abus, en particulier le travail forcé et les restrictions sur liberté de mouvement.

De nombreux travailleurs seraient morts lors des préparatifs de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Des centaines de milliers de travailleurs y travaillent encore pour un dollar de l heure. Sachant que la FIFA va soutirer des milliards de dollars, malgré cela, elle s est montrée réticente à indemniser ces travailleurs ou leurs familles. C est ce qui a poussé de nombreux défenseurs des droits de l homme et athlètes du monde entier à soutenir les campagnes visant à faire pression sur la FIFA pour qu elle indemnise ces travailleurs et leurs familles et qu’elle régularise les arriérés.

En novembre 2021, l Organisation internationale du travail avait précédemment critiqué les "morts inexpliquées" de travailleurs étrangers au Qatar. Il a accusé le Qatar de ne pas déclarer tous les décès liés au travail, parlant de "décès inexpliqués" de travailleurs en "bonne santé". Il a également confirmé que le Qatar n enquête ni ne signale avec précision les décès liés au travail.

Les étrangers constituent la majorité de la population du Qatar, qui fait face à des accusations de violation des droits de ses travailleurs avant d accueillir la Coupe du monde. L organisation a déclaré que les données recueillies par les centres gouvernementaux de traitement des traumatismes et des premiers soins en 2020 ont révélé que 50 travailleurs sont morts et plus de 500 ont été grièvement blessés. "La plupart des blessures concernent les travailleurs migrants du Bangladesh, d Inde et du Népal, en particulier ceux qui travaillent dans le secteur de la construction. Les causes les plus fréquentes de blessures graves étaient les chutes et les accidents de la circulation, suivis des chutes d’outils ou d objets sur les chantiers", indique son rapport. L organisation a déclaré que les chiffres pourraient être plus élevés, mais les autorités ne classent pas tous les décès liés au travail en tant que tels, y compris les décès inexpliqués de travailleurs en bonne santé et les décès liés à la chaleur. À-;- cette époque, le Qatar a confirmé que le système du travail avait encore besoin d efforts supplémentaires, et a déclaré qu il réexaminait les recommandations de l Organisation internationale du travail. C est alors qu Amnesty International a de nouveau critiqué le Qatar pour son incapacité à enquêter sur des milliers de morts inexpliquées.

Une analyse de The Guardian a révélé que 6 500 travailleurs migrants d Asie du Sud étaient morts au Qatar depuis 2010. Le président de l Organisation Internationale du Travail a averti que les données sur les décès de travailleurs au Qatar sont souvent rapportées sans l exactitude requise.

L Organisation du travail a déclaré: "Les chiffres (du Guardian) incluent tous les décès parmi les immigrés ... sans faire de distinction entre ceux qui étaient des travailleurs migrants ou des immigrés en général, sans mentionner si ces décès résultaient d accidents du travail." Le Qatar a apporté plusieurs réformes aux conditions des travailleurs ces dernières années, notamment en resserrant les règles visant à protéger les travailleurs de la chaleur et en augmentant le salaire minimum.

Malgré certaines réformes, la réalité quotidienne pour de nombreux travailleurs étrangers au Qatar est restée dure, malgré les changements juridiques introduits depuis 2017. Les cinq fédérations nordiques de football ont également appelé à une campagne pour pousser le Qatar et la FIFA à améliorer les conditions des travailleurs étrangers dans l émirat du Golfe.

Les travailleurs étrangers au Qatar ont enregistré une augmentation rapide, à partir de 2010, lorsque le Qatar a obtenu le droit d accueillir la Coupe du monde 2022. En raison - entre autres - du boom qui a suivi cette année-là dans la construction, la population du pays est passée de 1,6 millions en décembre 2010 à 2,7 millions de personnes en octobre 2018. Les travailleurs étrangers représentent 95 pour cent de la main-d œuvre au Qatar, et ils viennent au Qatar de certains des pays les plus pauvres du monde, et ils travaillent dans des secteurs tels que la construction, les hôtels et services domestiques. Cependant, avec l augmentation rapide du nombre de travailleurs venant profiter des opportunités économiques, un plus grand nombre d entre eux sont victimes du système du travail, qui reste caractérisé par l exploitation dur au Qatar.

Depuis que le Qatar a été chargé d organiser la Coupe du monde, de nombreux rapports font état d abus et d exploitation de travailleurs étrangers mal payés qui, dans certains cas, s apparentent à du travail forcé - corvée - et à de la traite des êtres humains. Par exemple, le journal The Guardian a rapporté en octobre 2013 que 44 travailleurs "népalais" étaient morts au Qatar en moins de deux mois, tandis que des rapports d Amnesty International en 2013 et 2016 ont documenté une exploitation généralisée du travail dans le secteur de la construction, y compris le travail forcé. , comme c est le cas, par exemple, dans les travaux de construction du « Khalifa International Stadium » à Doha. En 2014, le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des migrants a également signalé que "l exploitation était endémique, et les migrants travaillaient souvent sans salaire et vivaient dans des conditions déplorables" et a appelé à l abolition du système de parrainage – kafala - alors en vigueur dans le pays.

Malgré certaines réformes, cette exploitation des travailleurs s est poursuivie à grande échelle. En septembre 2018, Amnesty International a publié les conclusions d une enquête sur une société d ingénierie appelée Mercurey MENA qui a laissé des dizaines de travailleurs sans le sou et bloqués au Qatar, se sentant finalement obligés de rentrer chez eux criblés de dettes. Et cela malgré le fait qu ils ont des milliers de dollars en salaires et cotisations. Les travailleurs étaient engagés dans la construction d infrastructures vitales desservant la ville et le stade qui accueilleront les matchs d ouverture et de finale de la Coupe du monde 2022. Dans un autre cas en mai 2018, 1 200 travailleurs n ont pas été payés pendant des mois, passant des semaines sans eau courante ni électricité.

Dans un rapport sur les conditions des travailleurs étrangers dans les hôtels qatariens avant le début de la Coupe du monde de football, les organisations de défense des droits de l homme évoquent des cas de stress et de non-paiement des salaires. Alors que les organisateurs de la FIFA et du Qatar ont déclaré qu ils avaient lancé des "mesures de diligence raisonnable sans précédent" sur les hôtels de la Coupe du monde, des organisations des droits de l’homme , ont déclaré que les travailleurs d Afrique et d Asie avaient été soumis à "une exploitation au travail flagrante et à des violations des droits de l homme".

L Organisation internationale du travail a cherché à améliorer les conditions des travailleurs de l hôtellerie amenés au Qatar du monde entier. Et l une des entreprises a annoncé l embauche de deux mille Mexicains pour travailler dans les restaurants, les cuisines, le nettoyage et d autres secteurs de l hôtellerie. L organisation a reconnu que les travailleurs de l hôtellerie du Bangladesh et d autres pays d Asie du Sud se plaignaient de gagner moins que les personnes des pays arabes pour le même travail. Les organisations de défense des droits de l homme et l Organisation internationale du travail ont averti à plusieurs reprises qu un contrôle plus strict des conditions et davantage de comités du travail devraient être créés afin que les plaintes soient minutieusement traitées.

Le Qatar a répondu à ces critiques concernant les conditions des travailleurs migrants en insistant sur le fait qu il avait apporté des améliorations significatives, notamment en imposant un salaire minimum et en assouplissant de nombreux aspects du système de parrainage qui donnait aux employeurs le pouvoir de changer d emploi et même de quitter le pays. De son côté, le patron du géant hôtelier "Accor", qui employait 13.000 personnes au Qatar pour la Coupe du monde, a déclaré que l entreprise tentera de trouver des emplois pour tous les salariés dans les autres pays après le tournoi mondial.

Dans un rapport publié en juillet 2022, une organisation de défense des droits de l homme a mis en lumière les conditions des travailleurs étrangers dans les hôtels qatariens avant le début de la Coupe du monde de football, évoquant des cas de stress et de non-paiement des salaires.

Human Rights Watch a confirmé dans l un de ses rapports que la FIFA et les autorités qatariennes devraient tirer parti des systèmes d indemnisation des travailleurs migrants existants dans le pays pour créer un programme d indemnisation complet pour les travailleurs qui ont subi de graves dommages, notamment des décès, des blessures et le vol de salaire.

Lorsque la FIFA a accordé au Qatar le droit d organiser la Coupe du monde 2022 en 2010, elle n a pas imposé de conditions obligeant le Qatar à améliorer les mesures de protection du travail malgré son bilan de violations des droits humains. Par conséquent, des groupes de défense des droits de l homme et des journalistes ont documenté à plusieurs reprises de graves abus contre des travailleurs migrants au Qatar alors qu ils étaient employés pour fournir l infrastructure de base du tournoi. Ces dernières années, les autorités qatariennes ont mis en place plusieurs régimes d indemnisation pour atténuer ces problèmes enracinés, mais les régimes ne couvraient pas tous les travailleurs ni ne traitaient les violations dans les années qui ont précédé leur apparition, dont la plupart ont commencé après 2018.

Human Rights Watch a confirmé que le Qatar a indemnisé certains travailleurs migrants victimes de graves violations, mais pour beaucoup, ces programmes ont été mis en place trop tard et doivent encore être développés. La FIFA et les autorités qataries devraient s engager publiquement à indemniser les travailleurs et leurs familles qui ont subi des dommages considérables tout en rendant possible la Coupe du monde, bien que ces programmes ne suffisent pas à eux seuls à faire face à l ampleur des abus.

Les autorités qatariennes, y compris le Comité suprême pour les projets et l héritage, l organe responsable de la planification et de la mise en œuvre de l infrastructure de la Coupe du monde, ont lancé plusieurs initiatives, notamment le «système de protection des salaires» du ministère du Travail, les «comités de règlement des conflits du travail», et le "Fonds de soutien" et l Assurance des travailleurs (Fonds de soutien des travailleurs), mais des lacunes importantes subsistent. Les recours pour ces programmes sont-limit-és en raison de leur approbation tardive, de leur portée-limit-ée ou de leur mise en œuvre défectueuse. Malgré de nombreuses initiatives de réforme prometteuses, Human Rights Watch a documenté que les abus salariaux continuent d être répandus, même en 2022, l année où se tiendra le tournoi. Les autorités qatariennes n ont pas non plus enquêté sur les causes du décès de milliers de travailleurs migrants, dont beaucoup ont été attribués à des "causes naturelles". Ainsi, l ampleur des violations des droits de l homme non indemnisées au Qatar depuis 2010 est très importante. Le Qatar est tenu, en vertu du droit international des droits de l homme, d empêcher les violations généralisées des droits de l homme et d assurer une réparation pour chaque violation qui se produit sur son territoire. La FIFA a également des obligations claires en vertu de ses statuts et des responsabilités en vertu des Principes -dir-ecteurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l homme pour lutter contre les abus auxquels elle a contribué. Il est donc nécessaire que la FIFA et le Qatar indemnisent les travailleurs migrants pour les abus qu ils ont subis. Et s ils ne le font pas, alors des millions de personnes dans le monde se souviendront de la Coupe du monde 2022 à cause de son héritage noir en ne s attaquant pas aux abus du travail et aux violations des droits de l homme, car ce sera un spectacle et un butin basés sur les flagrantes tragédies de milliers des gens.

En effet, ce qui se faisait auparavant à cet égard n était qu un « maquillage » pour réduire la laideur de la réalité existante, car l accès aux programmes qui indemnisent les travailleurs pour les dommages graves est resté restreint. Oui, les programmes en question n ont été créés que ces dernières années. Le travail du Fonds de soutien aux travailleurs n’ a commencé qu’en 2020, et le système de paiement complet pour le Comité suprême est entré en vigueur en 2017, et le Comité suprême a commencé à encourager ses sous-traitants à adopter une assurance-vie pour les travailleurs migrants seulement depuis 2019, ce qui signifie que nombreux sont les travailleurs migrants qui travaillaient au Qatar et étaient victimes d infractions sans droit d’accès à ces programmes. Et donc, ils ne pouvaient pas en bénéficier. En outre, l accès des travailleurs migrants à ces programmes a été-limit-é, soit en raison de leur champ d application restreinte, soit en raison d une mauvaise mise en œuvre. Les projets du Comité suprême emploient moins de 2 % de la main-d œuvre totale expatriée au Qatar, le reste passe par sous-traitance.




Add comment
Rate the article

Bad 12345678910 Very good
                                                                                    
Result : 100% Participated in the vote : 2