La mentalité islamique victorieuse qui prévaut aujourdhui : Quelles sont ses principales caractéristiques ?

Jadou Jibril
2022 / 4 / 29

Thème : Mentalité islamique
De nombreux chercheurs sur l islam et son héritage sont passés à côté d un certain nombre de questions qui ne leur étaient pas venues à l esprit, mais ils ont traversé l esprit des autres et ont mené le cours de leurs recherches dans des -dir-ections qui ont été et sont encore complètement absentes de la mentalité de l Islam traditionnel, et chez les musulmans en général.
Le commandement islamique et le maniement du Coran sont restés l apanage des juristes traditionnels et des érudits (les gardiens du temple) qui, au fil des siècles, ont été très soucieux de garder les portes fermées face aux tentatives d’adopter une approche de compréhension différente et une autre manière de traiter les différentes questions de l Islam et celles attachées au Coran. Ainsi, les opinions et les attitudes de ceux qui sont restés fidèles à la transmission, à la répétition, à la ré-répétition et à la rumination ont prévalu. Et cette approche est restée prédominante jusqu à ce qu elle ait jeté les peuples musulmans hors du cercle de l histoire.
L approche qui prévaut dans le traitement de l histoire, dans le cercle de l islam, a adopté la logique doctrinale défensive, justificative et révérencielle -;- et cela sans la soumettre à aucun examen minutieux malgré les formidables développements que le monde et les êtres humains ont connus dans tous les domaines. Et quiconque ose s interroger sur la question de l Islam, du Coran ou de l héritage islamique est considéré comme un mécréant ou un hérétique, et l affaire peut même aller jusqu à l’ordre déverser son sang au nom de Dieu et de la religion.
Les musulmans ont longtemps tardé, et le sont toujours, à considérer la question religieuse en général comme une question parmi les faits qui doivent être examinés et non comme un fait tribal absolu qui doit être traité tel quel ou tel que présenté par les gardiens du temple. La majorité des musulmans sont encore incapables de faire la distinction entre la doctrine et la recherche.
Ainsi, cette mentalité est restée soumise à des modèles standards, tout fait, pendant des siècles sans s en écarter d un iota. Dans le milieu islamique, la lecture du sacré restait une lecture doctrinale-religieuse dont les résultats étaient tirés d avance, et non une critique culturelle, historique ou socioculturelle et historique critique.
Il se peut que l orthodoxie islamique, après l avoir adoptée pendant des siècles, ait consacré une interprétation spécifique du Coran, qui a abouti à une compréhension et qui a elle-même – conditionne d autres questions, et que chaque opposition ait été qualifiée d égarement, d hérésie et d infidélité au point d’ ordonner l’élimination physique. La nature du texte coranique et le texte des nombreux hadiths ont peut-être aidé à se lancer dans ce chemin et à privilégier ce choix. L "institution islamique" aurait adopté une mentalité qui cherchait à assurer la continuité de sa présence et de son efficacité, et en vue de l effacement et la disparition des autres opinions- concernant la compréhension et la perception- et afin d’écarter tout ce qui est susceptible de porter atteinte à sa crédibilité et à la légitimité du « système politique » soucieuse, désespérément, de défendre sa pérennité et sa continuité son établissement sur des bases religieuses célestes
Tout cela invite fortement à un examen de la mentalité islamique en termes de nature, d approche, de méthodes, d outils et d incarnations sur le terrain, afin de tenter de l insérer dans un cadre global et interconnecté. Ensuite, les caractéristiques du cheminement gnostique qu’elle a emprunté et leurs influences établies apparaîtront assez clairement.
Certains chercheurs ont soutenu que :
- L histoire ancienne de l islam est biaisée,
- la sounna est fabriquée,
- Le Coran est problématique,
- Les sciences de la charia et de la jurisprudence islamique sont des sciences perforées.
Et ils concluent que ce n est rien d autre que le produit d une mentalité vénérable-apologétique- mercurielle qui s est enracinée au cours des siècles et qui a excellé et réussi à engour-dir- l esprit des musulmans ordinaires.
Un examen minutieux et impartial reconnaît-il ce lourd constat ou le nie-t-il ?
La mentalité mercurielle, vénérable et apologétique a résisté, et l un des facteurs qui l a aidée à perdurer est que l écrasante majorité des musulmans sont des musulmans de "croyance" et non des musulmans de "foi" - et cela a facilité sa mission.
Mais avec la propagation de la mentalité critique et de questionnement et le désir d établir la foi sur des bases solides, cette mentalité est devenue confuse et a commencé à montrer son incapacité à confronter l argument avec l argument, alors elle a adopté la voie facile, l’insulte, le maudissement, la criminalisation, la personnalisation et l’expiation, car elle n avait pas le choix en raison de sa stagnation et de sa calcification depuis des siècles.
La mentalité des juristes et des commentateurs, dans la grande majorité, ont continué à lancer des interprétations, des explications et des conclusions sur la situation et son contraire pour justifier les mythes et les fabrications qui ont été tissés sur le Prophète, le Coran et l histoire ancienne de Islam. Tant que les musulmans en général avalent sans examen et sans activer la raison, chaque fois qu une contradiction émerge, on leur jette des « explications empaquetées prêtes à l emploi» pour surmonter l embarras.
Ainsi, cette mentalité a fortement contribué à l exclusion de l Islam, du Coran et de la Sunna du cercle de l histoire. Aujourd hui, l héritage et le récit islamiques sont en difficulté en raison de ce que cette mentalité a produit au cours des siècles. Notez que ces dilemmes se sont intensifiés dans un monde qui a connu des développements énormes et sans précédent au niveau de la compréhension de l’univers, des lois de la nature et du déchiffrement de ses mystères. Mais cette mentalité est restée inchangée et enracinée en dehors du cercle de l histoire.
En fin de compte, cette mentalité est arrivée à une situation qui la rendait incompatible avec le développement de l humanité et de la connaissance, et ainsi, la possibilité d une réforme réelle et d’une correction la distorsion est devenue difficile, et pourrait être hors de portée.
Pendant des siècles, "l institution islamique" a adopté une mentalité qui a construit sa présence et son efficacité sur l effacement et la disparition de l autre - opinion, compréhension et perception - et enterre tout ce qui saperait sa crédibilité et la légitimité du "système politique" établi par les dents et tenait désespérément à sa continuité après le fait qu il a été fondé sur des soubassements religieux.
Une fois que l examinateur prend connaissance de :
- la nature de cette mentalité,
- son approche et ses méthodes,
- ses outils et arme,
- ses avatars réels,
Sa perception de cette mentalité s’inscrira dans un cadre global et intégré. À-;- ce moment-là, ses caractéristiques et son cheminement gnostique qu’elle a emprunté et les influences établies deviendront claires pour lui. C est ce qui interpelle le chercheur impartial à scruter cette mentalité avant de la juger.
Afin de se rendre compte des manières et des aspects du fonctionnement des mécanismes de la vénérable mentalité mercurielle apologétique, vous devez d abord mettre le doigt sur un cas d’une situation embarrassante qu’on souhaite éviter, puis examiner minutieusement le cheminement adopté pour sortir de cet embarras. Après cela, vous devez rechercher les hadiths utilisés et bien les examiner. Et Il deviendra clair pour vous s il peut être pris en compte en totalité ou en partiellement, ou s il contient quelque indice qui appelle à la suspicion, ou qu il s agit peut-être simplement d une "fuite" fabriquée" pour échapper de l’embarras ou d’éviter faire face à une contradiction flagrante.
Chaque fois que vous rencontrez une situation embarrassante qui appelle à une "désambiguïsation", recherchez des hadiths et des faits liés au sujet, et vous serez inévitablement guidé pour trouver des hadiths et des interprétations suspects, et leur recoupement et leur comparaison précise peut vous indiquer des présomptions de fabrication.
L examinateur du Coran - le moushaf qui est disponible actuellement - se trouve épuisé par la façon dont il est arrangé, par l éparpillement de ses sujets ici et là, et l absence de liens entre les versets successifs d une même sourate. C est une question qui n est cachée à personne, sachant que le Coran est le dernier livre révélé à l humanité, et qu il n y a pas de livre après lui. Consciente de cela - c est-à--dir-e la mentalité mercurielle vénérable et justificatrice - que de tels sujets sont ressentis par celui qui est familier avec le Coran, elle a initié des « soit disant interprétations ou explications » telles que : le Coran a ses propres systèmes de narration et de présentation, et il a ses « propres clés internes et externes» pour son étude et sa compréhension, qui sont toutes implicites dans le texte. Ainsi, il semble qu aujourd hui il faille choisir entre deux choses :
- soit mettre une confiance aveugle dans les cheikhs et les juristes, et avaler ce qui en sort, parce que la personne moyenne n a pas les clés des catacombes pour comprendre le Coran.
- ou bien chercher quelqu un pour vous enseigner "la langue arabe claire", qui était répandue et utilisée à l époque de la révélation du Coran et qui n est plus utilisée depuis plusieurs siècles.
Par précaution, la vénérable mentalité mercurielle apologétique, a produit une recette qui réconforte tout le monde, et qui est : "Le Coran s adapte à toutes les compréhensions et interprétations, et il peut suivre le rythme de tous les développements et toutes les conditions."
Une des thèses qui freine encore la recherche est celle qui considère que le contenu du Coran – le moushaf que nous avons aujourd hui- est le «verbatim » de la parole de Dieu et même son tran-script-ion ne doit être touché d’un iota.
Il semble que cette « réalité de la situation » ne puisse être examinée de l intérieur du « cercle calcifié », mais de l extérieur. Par conséquent, il parait que l espoir de réformer cette mentalité actuellement repose sur les musulmans d Occident parce que les musulmans des pays islamiques sont encore profondément touchés par la calcification de cette mentalité. Quant aux musulmans d Occident, ils ont les plus grandes chances de se débarrasser de cette calcification et d échapper à la contrainte de regarder le cercle de l intérieur au lieu de le regarder de l extérieur pour le scruter, et qui c est le début de la pluie – tant attendue - pour raviver la mentalité islamique après sa calcification.
Des conclusions étranges ont parfois « giclé » de la vénérable mentalité mercurielle apologétique, dont certaines justifient les erreurs rhétoriques, grammaticales et autres contenues dans le Coran. Il a également activement cherché à "annuler" ou "sauter" sur les contradictions contenues dans les hadiths – même ceux considérés comme les Sahihs.
La vénérable mentalité mercurielle apologétique a contribué à perpétuer l incapacité de se libérer de l héritage islamique, en particulier de l héritage problématique des interprètes et des juristes. Notons que l évolution que l humanité a connue au niveau des connaissances et le dévoilement d une partie de ce qui était caché de l histoire primitive de l islam, imposent aujourd hui, plus que jamais, de ne pas s appuyer sur une grande partie de la tradition islamique et de l héritage ruminatif, qui a été établi principalement par l acceptation sans examen ni questionnement.




Add comment
Rate the article

Bad 12345678910 Very good
                                                                                
Result : 91% Participated in the vote : 8