ѐǐ 2/3 Lgraga sont grecques


kamalaitbenyuba@yahoo.com

2017 / 9 / 15

:
( )
2- ǐ :
" " Lgraga ragraga regraga .
. .
.
... ( regraga: ) :
http://mogador7.forumactif.com/t890-la-legende-des-regraga-des-hommes-venus-de-loin
:
" "
:
:
" ( ) .. ( ) : Gouz.: Tafetacht Skiat. An Lahjar"
....( ).
:
:
" ( 3 ) () . Mogador Amagdoul ( IHΣ : - ) 6 7 "
. .. .... .
:
:
" Rajraja Ragraga .
Bou Regreg ( ) Ragraga. .
. .. " " ..
() "" ..
Pre de Foucault Ragraga. GRG .
Ahaggar ( )"
.
. 200 . .. "" .. .. ...
:
( ) Mogador . Lgraga .
( 4 ) . ..
6 . . .
"" "" .. .
ragraga j "" g ( g) ... "" " " ..

: alragraguiyoune .
:
- .
- . .
... . .
...
"" ragrag .
" " bouregrag " " .
regrag e a
Lgraga Lhrar ragraga.. ..
.
ragraga regraga Lgraga ǡ "" graga
. ... .
" " .
Mogador
Greece greeks
Grce grecques
Grecia. comunidade grega
grega grego .
" " minoria grega..
comunidade .( https://www.youtube.com/watch?v=-hlwbrrvyNo)
.. grega ..
"" ...
graga ragraga e grega ɡ a g . e .
ragraga grega "" ra ..
ragraga "" . " " "" ..
ragraga.. Lgraga ...
Ahmad a e Ahmed . ragraga les regraga "" ra ... ...
les almoravides "" . . les al "" ..
..
.
grega ( gre) Grecia..
.
Lhrar Lgraga grega "" Lhrar ... ..
. .
. .
:
" 6 7 " .. .
.
. ... .
. .
.
ADN DNA..
2-Le variable et linvariable dans le nom regraga :
Dans ma recherche sur internet au sujet des regraga Lhrar jai trouv des publications dans lesquelles le nom de la communaut est tantt crit Lgraga et tantt crit ragraga et les franais l crivent regraga .Il y a des diffrences entre ceux qui lont reu ou lont crit .Ce qui montre quils ont une certaine ambiguit son sujet..
Ce qui pousse la recherche pour savoir le dnominateur commun entre ces diffrents noms...
Comme exemple le lien ci-aprs dune page en franais que jai copie telle quelle est ci-dessous signe dun certain Omar Al Akhdar publie sur internet sous titre la lgende des regraga des hommes venus de loin .

http://mogador7.forumactif.com/t890-la-legende-des-regraga-des-hommes-venus-de-loin

--dir--e quils sont venus de loin veut --dir--e quil ne croit pas ce quil a pris dans son texte sur un cetain Almokhtar Soussi qui dit :
1er extrait :
Selon Al Ma soul de Mokhtar Soussi, les premiers anctres des Regraga, auraient dbarqu pour la premire fois au Maroc, en provenance de la Pninsule ibrique, prs de la localit de Gouz sur lembouchure de lOued Tensift, en un lieu dit Houra et ce, avant l arrive de lIslam dans le pays. C taient quatre moines:

- Majja, Aqlama, Ardoun et Artoun (noms chrtiens altrs) qui s taient installs respectivement Gouz, Tafetacht, Skiat et An Lahjar
Parmi ces quatre localits je connais une , Tafetacht qui se trouve entre la ville de Souira et Marackech, ayant une relation avec ma famille car elle se rptait souvent dans les histoires que racontait ma mre Moi je me suis jamais rendu lbas.
2me extrait :
Depuis l Antiquit, le site d Amagdoul a t une terre de rencontre, une terre sainte. En passant en revue les vestiges dterrs ou autres trouvailles dans l le de Mogador ou d Amagdoul comme les plombs byzantins frapps au monogramme du Christ, on peut se demander si les contacts des autochtones avec les grands centres de civilisation de la Grce et de l Asie Grecque du VII et VI sicles, nont pas t lorigine de cette tradition orale des Regraga qui affirmaient avoir t des Chrtiens auparavant avant dembrasser les premiers la religion musulmane
Dans cet extrait ,lauteur se contredit avec ce quil a dit auparavant que les anctres des regraga et leurs quatre fils taient des chrtiens et que ces quatre fils sont venus de lEspagne puisquil se demande sils taient des indignes qui auraient contact la civilisation grecque , devenus chrtiens et connu la langue grecque .Par l il veut --dir--e quils sont amazigh alors quils ne le sont pas comme on va voir .Parcequil utilise la langue amazigh pour fabriquer leur nom .Ce qui est contradictoire avec le fait de --dir--e que leur nom est aussi une zone gographique.ce qui est trange.
Il poursuit sa thorie falsificatrice :
3 extrait :
Le mot Rajraja ou Ragraga est un ancien nom gographique qui dsigne une fraction de tribu des Masmouda. La forme radicale du mot Bou Regreg (oued) puise ses origines dans le mot Ragraga. Au point de vue linguistique, il est d origine amazigh-tachelhit phontiquement arabis.
- Arajraj est en mme temps un nom et un adjectif,
- son pluriel : Irajrajen. Il a pour radical Arajrouj qui est une faon de parler du fond du gosier. Dans le pays de Haha, les gnrations prcdentes, dsignent les tudiants en thologie qui se dplacent d une cole coranique une autre, d Irajraj,au pluriel irajrajen, du fait qu ils psalmodient des versets de Coran en marchant. De mme le bton ou gourdin est appel Arajraj dans le sens de cogner ou frapper.
Dans le dictionnaire du Pre de Foucault, on relve certaines dfinitions qui se rapprochent curieusement de lorigine ancienne du mot Regraga :
Il peut tre un emprunt au vieil gyptien qui connat GRG = lever.
A Ahaggar il dsigne : vivre en complte libert,comme un seigneur,un noble.( Regraga lahrar )
Extraits termins .
Ce type de discours se rptent chez les critvains du patrimoine islamique. Ils y exposent mille points de vue sans prciser leur opinion propre et donc on en sort sans rsultat .Lcrivain ici ne sait pas do provient le nom Lgraga .Il fait aussi rfrence la culture gyptienne comme source de ce nom .Et le lecteur reste perplexe.
Conclusion :
Limoportant dans le texte ce sont les vestiges ,les restes dglises et les plombs byzantins frapps au monogramme du christ crits en grec qui ont t trouvs dans la ville de Mogador (Essaouira) qui a t colonise par les portugais et qui prouve la prsence des grec dans la ville depuis et donc que les regraga taient chrtiens effectivement.
Donc leurs anctres (et non 4 seulement) pour une raison donne et dans un temps donn de leurope vers le nord de lafrique et ils se sont trouvs dans la zone dEssaouira Marackech pour dautres raisons et en tapes.Ces migrs grecs ont embrass le christianisme un moment donn avant lislam et pas necessairement au sixime siecle comme il a t dit dans le texte franais que nous avons vu.
A part a ce sont des mensonges .Car des lettres ont t ajoutes au nom des graga pour cacher son origine relle.Comme on va voir ce que veut --dir--e le mot Lhrar quon a vu dans le texte de Lakhdar Omar et qui ne signifie pas libres .Aussi le mot regraga ne peut pas signifier une zone gographique que pour les analphabtes.
Et lon peut remarquer que ce nom regraga a t trasform dans le texte en question rajraja avec la lettre j pour la ramener larabe qui ne contient pas la lettre g dans lcriture .Dautres ramnent son origine au mot quils disent arabe rajrajat et qui signifie selon eux ce qui nest pas compris comme parole pour loigner lorigine vraie du nom par ceux qui lont fabriquer au dbut..
Mais quel est le dnominateur commun entre les diffrents noms des regraga ?
En arabe classique le nom de la communaut scrit alragraguiyoune seul.
Dans ce nom ce qui est ajout est :
-larticle arabe al au dbut du nom
-les lettres yioune arabes sa fin pour le relativiser en cette langue.
Ces ajouts arabes qui revouvrent le nom dorigine cachent son relle identit.Et cest c en gnral , le rle de larabisation qui essaie de changer les vrits ,les noms des personnes et des villes sur des zones gographiques vastes comme le nord de lafrique quils disent arabe alors quelle nest pas.
Pour identifier le vrai nom des graga il faut liminer ces ajouts .
Il nous reste le mot ragrag ..qui se trouve dans le nom de la rivire qui passe entre les villes marocaines Rabat et sal et qui sappelle bouregrag .Avec la constatation que regrag est crite ici avec un e pa un a ..
La majorit des gens pronoce Lgraga lhrar avec un L et pas un R
Dans larabe dialctale le L est un article .
Que le nom soit crit ragraga ou regraga ou Lgraga le dnominateur commun entre tous ces noms si on omet ce qui est au dbut est le mot graga ..Et cest a linvariable dans tous les diffrents noms que nous avons vus ..
Si on revient lhistoire on trouve que le sige des graga duquel il partent pour rendre visite aux autres villes et excercer leurs rites est la zone entre Essaouira et Marakech .
Et puisque ce sont les portugais qui qui ont appel la ville dEssaouira ,Mogador du fait de sa colonisation et comme les anglais qui appellent Greece la republique hellenique et appellent les grecs Greeks , et les franais donne le nom Grce au mme pays comme ils appellent les helliniques grecs , les portugais appellent la grce Grecia et une communaut grecque ils lappellent communide grega .Grega est un nom portugais fminin .Son masculin est grego ..Une minorit grecque est appele minoria graga .. (Voici un lien dune video en langue portugaise parlant des grecs et o lon entend le mot grega trs clair https://www.youtube.com/watch?v=-hlwbrrvyNo)
Le mot communide au portugais est fminin.Et puisquils entendaient une commonaut ils utilisaient un nom fminin aussi qui est grega tout comme en arabe pour dsigner les marocains on utilise le mot almagharibat avec un t final pour le fminin sans que ce mot ne dsigne uniquement des femmes.
Dans le mot graga on voit le repmlacement du e de grega par a .Car en arabe le e nexiste pas.
Dans le mot ragraga on voit lajout de ra .Ce ra en arabe dialectale est un pronon dmostratif qui a t mlang ce nom ..alors que dans le mot Lgraga on le trouve pas.
Les franais lorsquils veulent crire Ahmad ils lcrivent Ahmed avec un e au lieu de a .Cest pourquoi ils ont crit les regraga avec e aprs le premier r en plus du pronon dmonstratif ... tout comme lorsquils crivent les almoravides avec deux articles -un arabe al et un franais les .
En plus , si la thorie biologique que nous avons mentionne plus haut , qui constitue la base scientifique vers une rponse la question : do sont venus les grega est vraie ,et elle nous fait dduire que nos anctres sont venus de leurope , il faut que leur nom soit en relation avec leur pays dorigine de lautre ct de la mditerrane .
En effet le mot grega renferme la racine gre qui ne se trouve en aucun autre nom de pays deurope sauf la Grce.
Donc en conclusion premire on peut --dir--e que le pays duquel sont venus nos anctres est le pays des helenes ou des grecques .cest --dir--e la Grce ou Grecia selon les portugais.
Lexpression Lgraga Lhrar sous laquelle est connue notre communaut ne signifie pas les grecques libres mais les grecques courageux .Car le mot Lhrar est amazigh qui veut --dir--e courageux .Parcequils dfendaient les amazighs militairement.
Donc les vestiges et les critures grecques de la ville dEssaouira et le monograme du christ reviennent notre anctres qui taient chrtiens et qui avaient leur langue encore utilise ce moment l.Jusqu aujourdhui mme la croix du christ occupe un carr bleu dans le drapeau de la rpublique hellenique .
Sans lamazigh et la rsistance des amazighs contre larabisation et les essais de mtissage contre la culture amazigh depuis quatorze sicles rait jamais conserv notre nom familial ou connu notre origine .Donc dfendre lamazigh , sa culture et ses valeurs est une dfense de la vrit et du droit.
Conclusion :
Les graga sont donc parmi les habitants premiers de la ville dEssaouira et ses rgions et non des autochtocnes qui ont contact les grand centres de civilisation et dasie grecques du sixime et septime sicle comme il a t rapport dans le texte franais dOmar al akhdar , mais ils taient eux mme des grecques qui appartiennent ces centres de civilisation ancienne qui ont connu cette ville au moins plus dun demi sicle avant jesus christ.
Et si les graga sont des gecques et ne sont ni amazighs ni arabes ni juifs il faut dautres arguments qui prouvent cette conclusion sans le moins de doute.Car il ne suffit pas de prtendre lappartenance une personne ou un groupe de gens sans preuves scientifiques .Nous ne sommes pas lre des comptes de fes mais dans lre de la science.
En exemple un sngalais peut prtendre appartenir aux arabes.Mais lanthropologie et la gntique peuvent rendre ses propos mensongres.
Il est connu aujourdhui en gntique que les membres dun peuple homogne ,comme les japonais par exemple, qui vivent dans un lieu gographique donn possdent un patrimoine gntique proche mme sils sloignent gographiquement.
Donc en plus de ce que nous avons dit plus haut il faut que notre patrimoine gntique prouve notre appartenance aux hellenes travers le test dADN .
La lgende des Regraga : des hommes venus de loin
par Lakhdar Omar le Sam 16 Avr - 13:27

La lgende des Rgraga : des hommes qui sont venus de loin

Selon Al Ma soul de Mokhtar Soussi, les premiers anctres des Regraga, auraient dbarqu pour la premire fois au Maroc, en provenance de la Pninsule ibrique, prs de la localit de Gouz sur lembouchure de lOued Tensift, en un lieu dit Houra et ce, avant l arrive de lIslam dans le pays. C taient quatre moines:

- Majja, Aqlama, Ardoun et Artoun (noms chrtiens altrs) qui s taient installs respectivement Gouz, Tafetacht, Skiat et An Lahjar.
Ils seraient les descendants de chrtiens monophysites qui furent, excommunis au dbut du VIe sicle, sous la pression de l empereur Justinien..

Depuis l Antiquit, le site d Amagdoul a t une terre de rencontre, une terre sainte. En passant en revue les vestiges dterrs ou autres trouvailles dans l le de Mogador ou d Amagdoul comme les plombs byzantins frapps au monogramme du Christ, on peut se demander si les contacts des autochtones avec les grands centres de civilisation de la Grce et de l Asie Grecque du VII et VI sicles, nont pas t lorigine de cette tradition orale des Regraga qui affirmaient avoir t des Chrtiens auparavant avant dembrasser les premiers la religion musulmane. Cette tradition apparat moins dpourvue de fondement quelle aurait pu sembler avant ces dcouvertes en 1955 par Desjacques et Koeberlet.
Le mot Rajraja ou Ragraga est un ancien nom gographique qui dsigne une fraction de tribu des Masmouda. La forme radicale du mot Bou Regreg (oued) puise ses origines dans le mot Ragraga. Au point de vue linguistique, il est d origine amazigh-tachelhit phontiquement arabis.
- Arajraj est en mme temps un nom et un adjectif,
- son pluriel : Irajrajen. Il a pour radical Arajrouj qui est une faon de parler du fond du gosier. Dans le pays de Haha, les gnrations prcdentes, dsignent les tudiants en thologie qui se dplacent d une cole coranique une autre, d Irajraj,au pluriel irajrajen, du fait qu ils psalmodient des versets de Coran en marchant. De mme le bton ou gourdin est appel Arajraj dans le sens de cogner ou frapper.
Dans le dictionnaire du Pre de Foucault, on relve certaines dfinitions qui se rapprochent curieusement de lorigine ancienne du mot Regraga :
Il peut tre un emprunt au vieil gyptien qui connat GRG = lever.
A Ahaggar il dsigne : vivre en complte libert, comme un seigneur, un noble. ( Regraga lahrar )
Aux Canaries, Korak tait utilis comme pithte de Dieu. En Guanches des Canaries, existaient des adjectifs :
Grag, gorag, krak, korak qui signifiait : grand, noble de naissance
Keregreg signifie : tre obstru et rendre un son rauque, avoir la poitrine obstrue et rendant un son rauque. (mme dfinition que ci-dessus)
Tikregrig : signifie : avoir la poitrine obstrue
Akregreg - pluriel Ikregrigen : le fait davoir la poitrine obstrue et rendant un son rauque.
Donc, depuis les temps les plus reculs, les gens les anctres des Regraga avaient vcu dans la foi monothiste, adorant Allah Taala. Ils avaient pratiqu cette croyance jusqu l poque de l Islam, sans passer par le culte des Idoles. Lors de l avnement de Sidna Assa (Jsus), ils crurent en sa mission, le considrant comme lenvoy et le serviteur de ce dieu. Fervents adeptes de sa doctrine, ils furent compts parmi ses disciples ou ses Haouariyn, titre qu ils ont toujours gard. Au jour de l Ascension de Jsus, ce dernier avait annonc la venue d un prophte qui apporterait au monde la religion finale. Lorsque le Prophte Sidna Mohammed se manifesta en Arabie, la prdiction de Jsus leur parut ralise. Pourtant, dans la tradition chrtienne, aucun messie nest attendu, contrairement la religion juive. On trouve l donc, les traces des histoires bibliques dans la lgende des Rgraga.
Sept des gens des Regraga, se ren--dir--ent chez le nouveau Prophte Mdine. Ils entrrent dans la mosque, et, avisant un groupe o se trouvait le Prophte qu ils ne connaissaient pas, ils demandrent en berbre :
" Man guigoun aygan arkkas n-rabbi ?"
(Qui est parmi vous l Envoy de Dieu)
Nki, achkid , leur rpondit en berbre le Prophte. Bien que les arabisants ne trouvent pas cette phrase leur got, il faudrait signaler qu cette poque, le Berbre est parl tel que l Anglais aujourd hui par les commerants comme le Prophte.
Parmi les gens des Regraga se trouvait Sidi Ouasmin, " le Sultan " des Rgraga " - c est le Prophte qui lui donna ce titre et qui lui ordonna de s en aller avec ses compagnons pour --convert--ir les Chiadma. En mme temps, il lui remit une lettre qu il ne devait ouvrir que dans sa rgion pour en donner connaissance ses compagnons. De retour au Maroc, les gens des Chiadma furent convoqus une assemble solennelle au lieu dit Mouda Chaker pour entendre la lecture du noble document du Prophte Mohammed, ils se --convert--irent en masse- la nouvelle religion se rpandit vite chez les tribus des Masmouda et gagna tout le Maghreb. Cette tradition trs ancienne, qui est l origine de la clbrit des Regraga a t dfendue par l Imam Sidi Mohammed ben Sad Soussi el Merghiti dans Al Ouyoun Al Mourdiya.
Au XVI me sicle, aprs le dbarquement des Portugais sur les ctes marocaines, il s est organis une rsistance aux envahisseurs chrtiens dans le pays des Rgragaqui avaient pu russir attiser lenthousiasme religieux des tribus pour chasser les Portugais de Mogador et de la rgion, d o leur popularit dans la guerre sainte mene contre les intrus.
Les gens de cette confrrie issue de la tribu des Regraga, qui avait disparu, taient concentrs autour de Jbel Lahdid qui est en quelque sorte le centre de leur rayonnement spirituel. Ils se considrent comme les aptres de l Islam au Maroc. Ayant acquis le titre de Chorfa, ils profitrent de ce privilge pour tre exonrs dimpts et ne tardrent pas d en recevoir pour leur compte. Le maraboutisme local, tait de nature fortifier l indpendance des tribus et encourager au besoin leur rsistance.
Les Regraga, dissmins dans tous les Chiadma et aussi dans les Haha qui reconnaissaient leur suprmatie religieuse, organisaient chaque anne au --print--emps des tournes pieuses ou Daour au cours desquelles ils visitaient tous les marabouts du pays. Les gens venaient de loin ces tournes dont l itinraire tait trac de telle faon que la caravane des plerins visite deux fois Moulay Bou Zerqtoun, qui avait pris ce titre Moula Dourayn. Ce pays tait propice au culte des saints, mme des arganiers sacrs y taient en surnombre.
Comme ils staient rigs en " faiseurs de miracles ", les habitants leur rendaient visite lors de leur priple dans les villages et leur faisaient des offrandes appeles ziara, sous forme d argent ou de btail, pour obtenir leur bndiction. On retrouve l le principe de la Baraka, qui est cet tat privilgi de l --union-- avec Dieu. Parfois, lorsque des personnes refusaient de leur offrir une bte ou de les nourrir, les Regragaconstruisaient un tas de pierres ou kerkour prs de leur demeure, une faon de leur jeter un mauvais sort.
A partir de ce moment, on voit se dvelopper progressivement la carte privilgie de Chorfa de plus en plus nombreux et apparatre une quantit de gnalogies qui font remonter aux sept saints des Rgraga ou leurs descendants, tous les chekhs de la confrrie, mme ceux dont lorigine est contestable.
Pour le sociologue franais M.E. Michaux-Bellaire , lhistoire des Regraga, prsente comme telle quelle est, nest gure vraisemblable et se demande quel vnement rel puisse bien sy cach. Le voyage dun Rgragui ou de plusieurs Rgraga au commencement du VIIme sicle de notre re, ne lui semble pas probable. Il se pose la question si le prophte en question, ne serait pas simplement Salih ben Tarif, le chef de la tribu berbre des Berghouata. En effet, les Rgraga qui habitaient lOued Chichaoua, avaient entendu parler dune religion nouvelle apporte par Oqba et Moussa puis impose par la force la population. Apprenant dautre part, quelques annes plus tard, quun prophte se trouvait dans la Tamesna, quil tait lenvoy de Dieu et quil enseignait le Coran, les Rgraga se seraient rendus chez ce prophte, un peu par curiosit mais aussi avec beaucoup de prudence, prfrant aller chercher la religion nouvelle que de laisser pntrer chez eux des --convert--isseurs. Ceci peut expliquer aisment le prophte parlant le Berbre qui est la langue de Salih ben Tarif.Mokhtar Soussi, imprgn de la culture fassie .




https://www.ahewar.org/
الحوار المتمدن