ترجم الموضوع الى العربية
 ترجم محتوى الصفحة الى الانكليزية باستخدام خدمة كوكول - الموقع غير مسؤول عن الترجمة

Why I do write ?

Tarek Heggy.
2011 / 7 / 2


I write / to explode things, all writing is an explosion / I write / so that light will win over darkness / and the poem is a victory / I write / so that the wheat stalks will read me / and the trees will read me / I write / so that the rose will understand me / and the star and the bird / and the cat, the fish, the shells and the oyster / I write / to save this world from the dog-teeth of Holako / from the rule of the militias / the madness of the leader of the gang / I write to save women from tyrants / from the cities of the dead / from the state of polygamy / from the monotony of days, the ice, the repetitiveness. Nizar Qabbani (1923-1998).






I write to urge Egyptians to accept criticism and to engage in self-criticism because, unless they are willing to do so, they will not discover the root causes of the ills they complain of today.

I write in defense of the values of knowledge and imaginative thinking, of linking up with the collective human civilizing experience, of accepting the Other and of opening wide the doors that were kept tightly shut throughout the ’fifties and ’sixties.

I write to warn against the debilitating disease of self-aggrandizement that has come to afflict us. Its most obvious symptoms, vainglorious posturing and a tendency to regard ourselves as distinct from and superior to everybody else, are manifested constantly in our written and spoken words. This overweening self-satisfaction is not only unhealthy but totally unjustified, based as it is on an inability to distinguish between the glories of our past and the realities of our present. Moreover, it is to be questioned whether it is truly indicative of a sense of superiority or of something altogether different. And what is the role of the Goebbels-style information media in engendering and fostering this negative phenomenon?

I write to promote my basic idea that Egypt must concentrate on putting its own house in order by building a strong, successful socially stable and modern educational and cultural infrastructure, instead of continuing to give priority, as it has been doing since the ’fifties, to its external role. For no country can play an effective external role in the absence of a strong and stable internal structure.

I write in defense of freedom of belief, but not in the context of a theocratic culture that places our destinies in the hands of men of religion. No society should allow its affairs to be run by clerics who are, by their nature and regardless of the religion to which they belong, opposed to progress.

I write to advocate a new culture of peace, one in which the countries of the region will learn to live together and Israel and its neighbours can work out settlements along the lines of what the French and Germans succeeded in doing less than fifty years after the end of World War II. In promoting the notion of peace, I point out that it is only when the region moves from a dynamic of conflict to one of peace that real democracy will spread throughout the Middle East.

I write to promote the idea that knowledge and culture are universal, the common heritage of all humankind, and that opening the door to both is a prerequisite for reform and progression.

I write to call for an end to the Goebbels-style propaganda machines operating in Egypt and the Arab world and their dangerous manipulation of public opinion.

I write to drive home the point that only market economics can bring about the economic takeoff to which Egypt aspires, and that the main players in the world of market economics are huge private corporations based on institutional structures and run according to the latest techniques of modern management, human resource and marketing sciences, not privately held organizations whose familiarity with the tools of business is limited to public relations, specifically, to the cultivation of close relations with decision-making circles.

In a word, I write for the sake of a modern, thriving and stable Egypt, at peace with itself and with the outside world, integrated into the mainstream of science, innovation, humanity and the civilizing process.










was written in 1999. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ Pourquoi j écris…

Par Tarek Heggy


--------------------------------------------------------------------------------



J écris depuis un quart de siècle pour insuffler à l esprit égyptien que nous sommes tout d abord des égyptiens. Notre identité est moulée par notre emplacement géographique sur les rives du sud de la Méditerranée. Nous avons des liens musulmans, chrétiens, arabes et africains, mais aucun de ceux-ci ne peut remplacer notre identité égyptienne.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien que même si le monde extérieur nous témoigne parfois de l animosité, et s il n a presque toujours que son propre intérêt à cœur, nos problèmes au complet viennent de l intérieur de notre pays et ne peuvent être résolus que de cet intérieur. La responsabilité de ces problèmes et du fait qu ils restent irrésolus retombe uniquement sur nous. La croyance excessive en la théorie de conspiration n est qu une confession de notre impuissance et une admission de la suprématie des autres face à notre inefficacité.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien les valeurs du libéralisme, de la démocratie, des libertés générales et des droits de l homme comme étant les exploits les plus nobles, les plus sublimes et les plus civilisés de l humanité.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien la valeur de la société civile comme étant le mécanisme le plus efficace pour la participation publique à la vie publique.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien que la perception négative des femmes dans certaines cultures est déshonorant. Les femmes non seulement constituent la moitié de la population, mais aussi et bien plus important que cela, elles sont les mères qui élèvent les générations futures. Elles sont donc un atout précieux à la société ; une société qui n accorde pas à ses femmes pleins-droits dans tous les domaines ne peut espérer réaliser son potentiel au complet.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien que la gestion moderne créative et efficace est le seul moyen d atteindre le progrès. La triste réalité, cependant, est que rares sont les ressources humaines formées dans le cadre des techniques de gestion moderne.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien que le choix historique fait par Anouar Sadate de déplacer le conflit arabo-israélien du champ de bataille à une table de négociations était le seul moyen d atteindre le règlement raisonnable d un conflit dont il a trop longtemps été servi pour différer la démocratie et le développement.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien que notre système d éducation a besoin d une révolution totale. Tel qu il est, le système ne produit que des citoyens incapables de faire face aux défis de notre ère. Les déclarations récurrentes qu un processus de réforme du système éducatif égyptien est en cours sont grandement exagérées, à en juger par la qualité de diplômés issus du système.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien que le modèle d Islam égyptien tolérant et pacifique a été assujetti à des attaques de plusieurs fronts. Les attaques sont venues d une trinité composée de la confession wahhabite, d une approche doctrinaire de la religion, et de l omnipotence du pétrodollar qui a financé un Islam fondamentalement différent de l Islam modéré pratiqué en Egypte, celui qui nous a permis de coexister avec les autres le long des années.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien que les Coptes d Egypte ne sont pas des citoyens de deuxième classe, mais qu ils ont tous les droits de pleine citoyenneté tout comme sa population musulmane, et que tous les problèmes auxquels ils font face peuvent et doivent être résolus.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien que malgré les imperfections de la culture occidentale, celle-ci reste un barreau essentiel de l échelle de la civilisation humaine. S opposer à la culture occidentale est aussi s opposer à la science, au développement et à la civilisation.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien que nous devons restreindre la tendance que nous avons à nous livrer à l auto louange excessive et à la glorification de nos exploits passés. Nous devons apprendre la critique de soi et accepter la critique des autres envers nous. Nous devons essayer de nous défaire de notre culture subjective pour en adopter une plus objective.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien que la déification des responsables est l une des sources principales des problèmes accablant notre présent… et là, la responsabilité retombe sur nous, les individus.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien que nos institutions médiatiques ont besoin d une réforme radicale pour convenir aux requis de notre époque. Les changements nécessaires ne sont pas au niveau des aspects officiels ou du nombre de chaînes télévisées diffusées par la télévision nationale, mais plutôt au niveau de la substance du message des médias. Si l éducation est le moyen de réforme à long terme, les médias sont le moyen idéal pour soulever la sensibilisation à court terme.

J écris pour insuffler à l esprit égyptien (et spécialement à l esprit des jeunes) que vouloir c est pouvoir, et que, armés d une formation et d une détermination solides, ils peuvent tout accomplir. L avenir n existe pas tout seul ; il est le produit de ce que nous forgeons aujourd hui.

Tels sont les messages que j ai tenté de communiquer dans des centaines d articles et plus d une vingtaine de livres publiés au cours du quart de siècle dernier. Les sceptiques diront que, comme Jean Baptiste, je prêche dans le désert. Ils feraient bien de se souvenir que les mots de Jean Baptiste étaient bien plus qu un prêche dans le désert, qu ils étaient, en fait, les premières marches vers un chemin noble et glorieux.

1999.





Add comment
Rate the article

Bad 12345678910 Very good
                                                                        
Result : 70% Participated in the vote : 3